Quelques morceaux de moi

Toujours aussi vide

Rien ne me débarrasse de mes idées de violence, de souffrance, de danger, de mort... J'ai passé la journée à dissimuler ce mélange, à tenter de me distraire par tous les moyens. Je fais ça tout le temps, me distraire. La vie m'ennuie, les gens m'ennuient, moi-même je me trouve ennuyeuse. Et je me sens toujours aussi vide. Il ne m'arrive que quelques péripéties au cours de ma journée, quelques petites embrouilles qui se règlent d'elles-même et qui ne changent rien à la monotonie de ma vie. Certains diraient que je devrais m'estimer heureuse de ne pas être constamment submergée (...)

Échapper à tout ça

Encore une discussion qui finit par être portée sur ma personne. Dès que ça va dans ce sens, ça m'oppresse ; je dois tout le temps essayer de m'expliquer, j'ai l'impression de devoir tout justifier, de devoir donner une raison qui explique mon comportement. Et je ne peux pas le faire. Je ne sais pas ce qui me rend comme ça, ce qui me file des pensées aussi sombres et morbides, ce qui a détruit la belle vision que j'avais de la vie et du monde, autrefois... Alors la colère arrive et la discussion s'achève quand je finis par dire : "bon, j'en ai marre qu'on parle de moi, donc on va (...)

Trop de temps/pas le temps

Oh putain ce bordel... franchement, c'était du grand n'importe quoi. Si on devait faire une pièce de théâtre sur ma vie, on l'appellerait comme ça "N'importe quoi". D'abord, j'ai mon stage qui a commencé. Ce n'est pas très fatiguant un stage, hein... ouais ouais, on en reparle après toutes ces heures à trier et à ranger des bacs entiers de livres et de CD, le tout avec une chef ayant un caractère de merde. Je les reconnais bien les gens avec ce caractère-là, c'est facile parce que j'ai le même. Du coup, paf, ça part en étincelles et c'est rarement bon qu'on se retrouve dans (...)

Fatiguée

Je suis si fatiguée de devoir me battre constamment contre moi pour essayer de me traîner au milieu des difficultés. Personne ne sait pour mes crises de larmes et mes insomnies. Personne ne sait pour mon addiction au poppers et mes autres découvertes récentes à propos de produits peu recommandables. Personne ne sait qu'en ce moment j'ai toujours en tête de trouver un moyen efficace de me tuer. Personne ne sait que quand je regarde en boucle la série "Euphoria", c'est moi que je vois dans le personnage de Rue, c'est moi que je vois quand je vois cette fille qui se drogue et qui fait (...)

Porter secours

Une petite envie de parler du SST. Sauveteur secouriste du travail, pour ceux qui ne savent pas. Perso, j'avais aucune idée de ce que ça voulait dire avant de le passer. Et la première chose que je souhaite dire à propos de ça, c'est que si jamais quelqu'un fait un malaise devant moi ou bien a un accident quelconque, je ne serais pas d'un très grand secours. Pas parce que je n'ai pas eu le diplôme du SST. C'est parce que dans ma tête, il peut se passer deux situations : soit la personne victime du problème est quelqu'un dont je me fous complètement et je vais faire les choses de (...)

Journée inutile

Réveil vers 14h. Pas d'impératifs aujourd'hui alors j'ai fait une méga grasse mat. Et qu'est-ce qui m'arrive quand je dors trop ou pas assez ? Mal au crâne. J'ai rien foutu de ma journée. Je devais me motiver pour chercher une formation mais j'ai pas réussi. Au lieu de ça, je me suis retrouvée à regarder un film super bizarre, "The Master". Un film à mon image. Impec. Nouveau problème à inscrire sur une liste déjà bien assez longue : le poppers. Il y a environ deux mois, je ne connaissais même pas ce truc. Maintenant, j'en suis complètement fan. Et aujourd'hui, j'ai passé le (...)

Retour

Me revoilà... encore à écrire des choses, des tas de choses probablement stupides et dénuées de sens. Je crois que je ne pourrais jamais m'en empêcher, écrire tout en sachant que c'est vain est une activité que je continuerais certainement de faire tout le reste de ma vie. J'avais un autre journal sur ce site, avant. Je ne l'ai pas effacé, il y est toujours. Mais c'est une ancienne part de moi, des morceaux de moi que je ne supporte plus de relire. Ce n'est pas que j'ai changé, non, c'est juste qu'il y a des choses sur lesquelles je me serais prise la tête pendant des pages (...)